Aux origines

Une tradition authentique

Les berrichons aiment le fromage autant qu’ils aiment raconter des histoires. De mĂ©moire de conteurs, les paysans du Berry ont toujours eu le goĂ»t du fromage quotidien. La FromagĂ©e est l’hĂ©ritage de cette coutume paysanne locale. Pour rafraĂ®chir et rassasier les paysans aux champs, la mĂ©nagère avait coutume de prĂ©parer une FromagĂ©e et de la verser dans un pain creux, solidement calĂ© dans un linge nouĂ©.

Dans les fours des potiers, de drôles dustensiles  en grès ont vu le jour : des pots à traite, à lait ou à tutron et les faisselles qui sont des coupes percées de trous de  dimensions et de formes variées. Ces objets ont permis de préparer des fromagées à des générations de Berrichons.

Cet hĂ©ritage est bien vivant Ă  la Fromagerie d’Orval, seuls les matĂ©riaux et les costumes ont changĂ©. La charlotte a remplacĂ© la coiffe et le caillĂ© se prĂ©pare avec une faisselle en plastique.

Les « grès du lait » issus de la production potière locale ont accompagnĂ© la consommation du lait et la fabrication des fromages depuis toujours. Pas de fer blanc ni de tĂ´les Ă©maillĂ©es mais du grès cuit depuis le 17ème siècle par les potiers du Berry…

Le Coupar

Il sert à recueillir le petit lait qui s’écoule de la coupe.

Se dit aussi « Beau-père » car de forme semblable aux chapeaux brĂ»lĂ©s par les mariĂ©s le lendemain des noces. La coutume voulait que le chef de famille qui mariait son dernier enfant porte un chapeau haut de forme, l’assemblĂ©e s’en emparait pour le faire brĂ»ler et dansait autour d’un feu de joie.

Source Les grès anciens du Berry de Gérard Vincent

Prises de vue réalisées au musée des Thiaulins, Château du Plaix, 18160 Saint Hilaire en Lignières